Appel à communication – Chercheurs et acteurs dans la construction d’initiatives pour la démocratie alimentaire

📆 20 mars 2020 (Date limite de soumission des articles)
📍 MISHA (Maison Interuniversitaire des sciences de l’homme d’Alsace), Strasbourg
📥 APPEL A COMMUNICATION


/ 20 mars 2020 (Date limite de soumission des articles) /

Se réunir à l’échelle municipale pour discuter du devenir des terres environnantes, soutenir l’installation d’un maraîcher, participer à une expérience de réduction de l’impact environnemental de son alimentation ou à la vie d’un jardin partagé dans un quartier populaire… Ces initiatives, observées dans des contextes très divers, mises en œuvre avec des systèmes d’acteurs très hétérogènes, présentent néanmoins un point commun : elles sont autant d’initiatives qui rassemblent des citoyens, des associations, des acteurs publics autour des enjeux de production et de consommation alimentaire, et peuvent être analysées au prisme de la « démocratie alimentaire ».

Polysémique et complexe, la notion de démocratie alimentaire tend cependant à s’imposer dans le champ des sciences sociales en rassemblant les travaux qui analysent le système alimentaire « dominant » de façon critique. Ces derniers soulignent comment à différents stades (production, distribution, consommation) les systèmes alimentaires qui se sont mis en place au cours du 20e siècle, génèrent non seulement des effets négatifs sur l’environnement mais aussi des inégalités et des injustices sociales et environnementales, que ce soit localement, en des lieux multiples ou « globalement ». La façon dont les chercheurs abordent la « démocratisation » des systèmes alimentaires aujourd’hui (voir Bornemann et Weiland, 2019 ; Hassanein, 2008 ; Renting et al., 2012) ne se limite pas à une question d’accessibilité de la nourriture pour des populations affectées par des crises économiques et sociales ou marginalisées. L’exercice de la démocratie, au-delà d’une approche en termes de justice sociale et alimentaire, met l’accent sur la possibilité de choisir, d’agir, d’avoir voix au chapitre dans la définition des systèmes alimentaires comme le revendiquent par exemple des mouvements sociaux tels que ceux associés dans la déclaration de Nyeleni autour de la souveraineté alimentaire. Simultanément, le choix même d’en appeler à une démocratisation des systèmes alimentaires souligne combien une grande part des industries agroalimentaires tend à s’abstraire de tout contrôle citoyen, par l’opacité des réseaux de circulation, l’absence de transparence sur les produits utilisés ou sur l’équité quant à la répartition de la valeur ajoutée.

Face à ce constat, les initiatives de démocratie alimentaire cherchent à agir sur deux volets principaux : la « reconnexion » entre producteurs et consommateurs (la disjonction voire opposition des intérêts des uns et des autres constituerait un pilier du capitalisme), et la « relocalisation » ou autrement dit, la mise en œuvre d’initiatives à l’échelle locale et/ou à taille humaine. L’hypothèse étant que ce lien avec le « local » (qui peut être très variable dans sa définition) favorise une « proximité » et une équité, qui ne va cependant pas de soi, comme l’ont montré divers travaux (DuPuis & Goodman, 2005; Goodman, DuPuis, & Goodman, 2011).

La multiplication et la diversification de ces initiatives dans une diversité de contextes pose la question, énoncée par les premiers travaux sur les « réseaux alimentaires alternatifs » (Allen, FitzSimmons, Goodman, & Warner, 2003) et récurrente (Lamine, Darnhofer, & Marsden, 2019), de la capacité de ces initiatives et alternatives à transformer le système dominant. Est-ce que leur démultiplication en forme comme en nombre est capable d’infléchir, de peser ? Et si la question était plutôt de savoir si de plus en plus de gens participaient à ces alternatives ? C’est cette perspective que nous souhaitons explorer à travers les notions de maillage et d’essaimage.

La notion de « démocratie alimentaire » interroge non seulement les systèmes alimentaires et la manière dont ils peuvent ou non être transformés, mais aussi la démocratie elle-même. La démocratie en tant que régime est de plus en plus régulièrement interpellée dans sa capacité à s’attaquer aux défis climatiques et simultanément bousculée par la montée de différents courants qualifiés de populistes. La politisation de l’alimentation, comme plus largement de différents aspects de la vie quotidienne (Bornemann & Weiland, 2019) représente à la fois un défi et une opportunité pour renforcer les processus démocratiques à la base, par le bas. Abordé sous cet angle, la question de la place et du rôle des chercheurs dans leurs interactions avec les autres acteurs a été assez peu développée dans les travaux sur la démocratie alimentaire. La recherche sur la démocratisation des systèmes alimentaires ne devrait-elle pas s’interroger sur les façons de produire de la science qui soient à la fois plus ouvertes sur la pluralité des savoirs et plus propices au renforcement des « compétences » ou des aptitudes démocratiques ?

Tout en reconnaissant la nécessité d’un regard critique sur les initiatives, la perspective de la Transition écologique (dans laquelle s’inscrit le programme de recherche Excipient/Cit’In) met les chercheurs dans la position de faire, d’accompagner, plutôt que de « simplement » observer en surplomb. Comment se construisent les démarches de recherche en partenariat, et comment transformer les démarches de recherche en direction d’un co-apprentissage à la démocratie ? Si de plus la vulgarisation des savoirs et des méthodes scientifiques, de même que les approches pragmatiques en sciences sociales ou même les démarches d’éducation populaire placent ceux qui occupaient le rôle « d’enquêtés » en position « d’enquêteur », quel devient alors le rôle du chercheur ?

Différents aspects des questions concernant les affinités, les relations, les rôles des chercheurs et des acteurs seront interrogés, à partir de retours d’expérience, de témoi­gnages et d’analyses mêlant cadre théorique et dimension empirique. Les propositions attendues porteront sur des initiatives et des projets qui, d’une manière ou d’une autre, ont un rapport avec les enjeux de démocratie alimentaire : par ex. des PAT (projets alimentaires territoriaux), des collectifs constitués autour de jardins partagés ou de maraîchage collectif, des magasins de producteurs, différents types d’initiatives dans les quartiers populaires d’épiceries solidaires, ateliers cuisine ou autre, des réseaux d’Amap, des forums citoyens sur l’agriculture et l’alimentation, ou toute autre initiative dont l’objectif est de reconnecter consommation et production, et de redistribuer le pouvoir au sein des systèmes alimentaires locaux. Nous attendons plus précisément des commu­nications qui permettent d’éclairer la dynamique et les effets des relations entre les acteurs et chercheurs. Nous encourageons vivement les communications à deux voix (acteurs et chercheurs), qui s’attellent à construire un point de vue croisé ou développent une démarche réflexive sur ce partenariat et ses effets.

Nous proposons pour ce faire les 4 axes de réflexion suivants :

1 – Gouvernance

Comment se forge la gouvernance dans les collectifs porteurs de ces initiatives ? Quelle place ou quel rôle peut y avoir le chercheur ? Comment est mobilisée la recherche : sur les outils et méthodes d’organisation et de gestion des relations, sur des apports de connaissance de contextes extérieurs, sur une démarche plus réflexive d’évaluation en continu des effets de l’expérimentation ?

Comment les chercheurs participent-ils (ou non) à expérimenter des modes de gouver­nance spécifiques ? Existe-t-il des situations, des cas, où la participation des chercheurs peut mettre en péril les modes de gouvernance parfois fragiles des initiatives ? Dans quelle mesure aussi, la distinction acteur-chercheur perd-elle de son sens ou bien au contraire est-elle réactivée dans des circonstances spécifiques ?

2 – Maillage & essaimage

L’idée de démocratie entretien un certain rapport avec le grand nombre ; c’est ainsi que la démocratie alimentaire est souvent mise au défi du maillage ou de l’essaimage à partir d’initiatives existantes. L’idée de maillage renvoie entre autres à celle de mise en relation / en cohérence / en synergie d’acteurs hétérogènes, situés à différents niveaux ou échelles d’action, dans un système alimentaire. Celle d’essaimage renvoie plutôt à la possibilité de reproduire ailleurs, sous une forme identique ou similaire, et étendre ainsi à d’autres l’accès aux bénéfices de l’initiative. La capacité de certaines initiatives, comme les Amap, à essaimer et s’installer durablement dans le paysage en constitue une illustration particulière. Dans cette perspective, certains travaux mettent en avant les contributions spécifiques d’acteurs clés dans les actions collectives (Amblard et al., 2018) : facilitation, coordination, transmission, mise en visibilité, etc. Quels sont ces acteurs et de quelle façon se font-ils « passeurs d’initiatives » ?

Comment se construit la légitimité à promouvoir un maillage et à « rendre visible » certaines expérimentations citoyennes ? Ces questions sont fondamentales en raison des asymétries entre les acteurs, ainsi qu’en raison des relations de pouvoir et des enjeux politiques qu’elles génèrent. Elles nous importent ici au regard du rôle (spécifique) que peuvent jouer les chercheurs en matière de légitimité, de mobilisation, de diffusion, aux côtés d’autres acteurs, et notamment auprès des acteurs publics ?

3 – Mobilisation

La mobilisation est souvent envisagée en lien avec l’enjeu de toucher les publics les plus affectés par les différentes inégalités relevant des enjeux écologiques et alimentaires. S’il ne s’agit pas de « conscientiser », comment aborder les enjeux d’inégalités et de justice sociale et alimentaire ? Comment sont établies des conditions qui permettent de véritables rencontres acteurs-chercheurs, des apprentissages en commun, une inflexion des rapports sociaux, ne serait-ce qu’au niveau local. Quels sont les moyens et leur efficacité pour permettre à un public de se mettre en condition d’enquête collective (au sens pragmatique), et comment est conduit l’examen sensible des conséquences des actions au quotidien et de ce qui peut être fait collectivement pour les changer. Au-delà de la question du sens, ce qui importe alors est l’agir et les difficultés concrètes de l’agir, et comment les chercheurs peuvent participer de la réflexion sur ces dernières avec les acteurs.

En lien avec la quatrième thématique (approches sensibles), il s’agit aussi de réfléchir à la façon dont les méthodologies ou le récit scientifiques peuvent cohabiter avec d’autres formes de contributions, notamment artistiques, et en quoi cela peut faciliter la diffusion, la participation, ou l’incidence d’initiatives agri-alimentaires.

4 – Approches sensibles

La question des sensibilités, dans leur dimension affective, qui é-meut (c’est-à-dire capable de mettre en mouvement), comme dans leur dimension sensibles et spirituelles – qui à la fois nous font défaut face aux risques et à la fois nous permettent d’établir des liens avec d’autres êtres vivants – a fait dernièrement l’objet de nouvelles explorations (Chelkoff & Paris M., 2016). Dans quelle mesure cela ouvre-t-il de nouvelles perspectives de collaboration ou de nouvelles méthodologies ?

Des approches sensibles peuvent-elles constituer un nouveau média facilitant la rencontre entre les chercheurs et les différents acteurs partie prenante des initiatives, ou face à la variété des publics qui se trouvent, d’une façon ou d’une autre, engagés dans ces alternatives ? Dans quelle mesure ces approches deviennent plus défendables scientifiquement et socialement, aujourd’hui plus qu’hier ?

Types et format des communications attendues

Les communications pourront considérer un ou plusieurs des axes de réflexion ci-dessus, qui structureront les ateliers organisés pendant ce colloque. Les communications peuvent se fonder sur des études de cas d’expériences en cours ou achevées, et des analyses comparatives ou multi-situées notamment à l’échelle internationale. Elles peuvent venir du monde académique ainsi que du monde institutionnel ou associatif. Nous encourageons vivement les communications à deux voix (acteurs/chercheurs ou institutionnels / associatifs), qui s’attellent à construire un point de vue croisé et problématisé.

On attend des communications qu’elles abordent conjointement la question de la démocratie alimentaire et celle de l’approche participative ou de co-construction de la démarche.

Le texte de la proposition sera compris entre 6 000 et 12 000 signes, ou entre 900 à 2 000 mots. Les auteurs indiqueront le ou les axes (1. Gouvernance ; 2. Maillage ; 3. Mobilisation ; 4. Sensible) dans lequel ou lesquels leur communication s’inscrit.

Une valorisation des meilleurs textes issus du colloque est prévue (publication électronique et/ou revue).

Modalité de soumission des propositions de communication

  • Les propositions sont attendues pour le  20 mars 2020
  • Réponse aux auteurs : 30 mars 2020
  • Dates du colloque : 8 et 9 juin 2020

Valorisation des communications : courant 2021.

Les propositions sont à envoyer à :

Conseil scientifique

  • Laurence Granchamp (sociologue, UMR Dyname, Université de Strasbourg)
  • Claire Lamine (sociologue, Inrae Avignon)
  • Karim Berthomé (économiste, UMR Territoires, AgroParisTech campus de Clermont-Ferrand)
  • Marie Houdart (géographe, UMR Territoires, Inrae Clermont-Ferrand)
  • Jean-Michel Fourniau (sociologue, DEFT-IFSTTAR, coordonnateur du programme Cit’In)
  • Denis Salles (sociologue, Unité ETBX & EADT, INRAE Bordeaux)
  • Martina Tuscano (doctorante en sociologie, Inrae Avignon)

Comité d’organisation

  • Laurence Granchamp
  • Pauline Desgrandchamp

 

Agenda

Nov
27
ven
13 h 15 min Séminaire DaTif
Séminaire DaTif
Nov 27 @ 13 h 15 min
Présentation d’Elissar El Sayed Ahmad (doctorante UMR Territoires, sous la direction de L. Rieutort et S. Darwich) sur « Les facteurs de résilience du foncier agricole en situation périurbaine, Cas de Koura (Liban) ». Tous les membres[...]
Déc
1
mar
14 h 00 min Séminaire Melting
Séminaire Melting
Déc 1 @ 14 h 00 min
Présentation de Eulalie Ramat (doctorante à VetAgro Sup) sur ses travaux de thèse « L’apprentissage des éleveurs vers une gestion agroécologique de la santé des troupeaux : une approche par le potentiel d’apprentissage des systèmes de[...]
Déc
14
lun
13 h 30 min Séminaire APoG
Séminaire APoG
Déc 14 @ 13 h 30 min
Présentation de Christine Léger-Bosch (économiste)
Déc
15
mar
14 h 00 min Séminaire DaTiF
Séminaire DaTiF
Déc 15 @ 14 h 00 min
Séminaire du collectif DaTiF, Présentation par Chloé Duvivier et Stéphanie Truchet-Aznar sur :  Synthèse des travaux conduits sur Numérique et territoires Présentation d’une communication sur Numérique et création d’établissements : Quels espaces bénéficient le plus du[...]
Jan
28
jeu
10 h 15 min Séminaire EIDER
Séminaire EIDER
Jan 28 @ 10 h 15 min
Séminaire « Économie, Institutions, Développement e­­­­t Espaces Ruraux » (EIDER) intervention de Bertrand Schmitt (INRAE, UMR CESAER) qui présentera son ouvrage Métamorphose du monde rural : Agriculture et agriculteurs dans la France actuelle.
Mar
29
lun
Jour entier Colloque ISWA @ Clermont-Ferrand
Colloque ISWA @ Clermont-Ferrand
Mar 29 – Avr 1 Jour entier
En raison de la crise Covid 19 et de ses implications sur la mobilité des chercheurs, nous reportons le Symposium de Clermont-Ferrand du 29 mars au 1er avril 2021.