Offre de post-doc – « Analyse des dynamiques territoriales en zone rurale autour des voies ferrées du Cévenol et Aubrac »

📆 CV et lettre de candidature à envoyer au plus tard le 2 avril 2021
📍 Poste hébergé sur le centre AgroParisTech de Clermont-Ferrand au sein de l'UMR Territoires et en liaison avec les activités de la chaire partenariale InterActions d'AgroParisTech.
📥 Fiche_postdoc_voiesferrées.vf

 

➡️ Post-doc (doctorat en Sciences Humaines et Sociales – Géographie, Sociologie, Économie, etc. –) de 6 mois devant débuter entre la mi-avril et la mi-mai 2021

 

Contexte de la recherche

Le travail post doctoral s’insère dans un travail d’accompagnement et d’animation prospective des voies ferrées du Cévenol et de l’Aubrac dans le Massif central. Cette recherche-action est menée en collaboration  avec l’ANCT Massif central et les Régions AURA et Occitanie. La problématique des petites lignes  ferroviaires fait l’objet de réflexions de la part de l’Etat pour programmer les investissements financiers nécessaires à l’évolution des lignes. Les rapports Spinetta de 2018 et plus récemment le rapport Philizot en février 2020 expriment le besoin d’une nouvelle gouvernance  des stratégies de régénération des lignes, dans un véritable co-pilotage du réseau entre Etats, Régions et SNCF Réseau. La recherche sur ces deux lignes historiques du Cévenol et de l’Aubrac s’inscrit dans une proposition de travail conjoint avec le CEREMA qui doit pour sa part faire l’état des lieux des lignes et de leur utilisation,  afin d’engager un travail de scénarios sur l’évolution des usages en lien avec les dynamiques territoriales identifiés par le travail de recherche-action.

Objectifs

Le post-doctorant analysera les dynamiques territoriales autour des deux lignes de voies ferrées du Cévenol et de l’Aubrac afin de comprendre comment ces équipements peuvent participer à développer des mobilités douces pour les usagers de ces territoires ruraux ; déployer des stratégies économiques pour les acteurs professionnels des territoires (filières agricoles, forestières, artisanales, industrielles et touristiques) dont le train pourrait être un vecteur utile dans les projets ; comprendre comment les gares et leurs  alentours pourraient devenir des vecteurs de nouvelles dynamiques économiques et sociales (approche de  tiers lieux par exemple). Le travail du post-doctorant sera de recueillir et compiler des données quantitatives et qualitatives pour caractériser ces dynamiques territoriales et participer à enrichir l’analyse des usages des voies ferrées pour incarner des scénarios prospectifs tenant compte des projets territoriaux locaux. Un focus sera organisé sur les domaines agricoles, agroalimentaires forestiers et touristiques compte tenu des compétences de l’établissement et de l’UMR Territoires dans ces domaines.

Déroulement de la mission du post-doctorat

Construire le protocole méthodologique de collecte, d’analyse et de diffusion des données géographiques utiles à la réalisation d’un système d’information géographique permettant d’identifier les principales dynamiques territoriales autour des deux lignes ferroviaires. Ce SIG se basera largement sur des indicateurs existants, provenant de l’observatoire des territoires (ANCT) et d’autres fournisseurs de données. L’analyse se focalisera sur des périmètres en proximité des lignes et des gares ferroviaires. Les produits de ce SIG seront rendus accessibles via la plateforme de web-sig de l’UMR Territoires (cartographie interactive, accès aux données et métadonnées). Cette modalité de diffusion permettra donc d’utiliser les cartes lors des entretiens et des animations locales sur le terrain.

• Recueillir les données à dire d’acteurs dans le cadre d’entretiens individuels et collectifs (focus group par exemple) et les synthétiser sous la forme écrite et cartographique (à dire d’acteurs) permettant de saisir les dimensions économiques que ces projets de réhabilitation des voies ferrées du Cévenol et de l’Aubrac pourraient générer. Cette phase sera menée sur le terrain selon deux approches :

  • des entretiens auprès d’acteurs économiques et territoriaux ayant un intérêt  à ce projet (chefs d’entreprises, acteurs des filières locales – agricoles, forestières -, acteurs touristiques…), élus locaux au niveau des différents échelons de collectivités (communes, intercommunalités, PNR, agglomérations, PETR…), associations d’usagers porteurs de revendications  sur les mobilités, etc. Ces entretiens viseront à identifier autour des dynamiques territoriales et projets locaux, l’opportunité que pourrait constituer l’usage ferroviaire dans les stratégies de développement (analyse des documents d’urbanisme et de projets : SCOT, Chartes territoriales, Schémas de massif en ce qui concerne la forêt, schémas touristiques, Contrat de réciprocité…).
  • des focus group réunissant sur certains secteurs géographiques stratégiques (autour de petites villes, villes moyennes ayant par exemple une gare dans leur périmètre géographique) une vingtaine d’acteurs locaux et permettant de recueillir des données sur les projets locaux susceptibles de bénéficier au développement économique par le transport ferroviaire (relance des usages du trains pour des mobilités douces dans le cadre de trajets professionnels, mais aussi dans le cadre  touristique, développement de projets de fret locaux pour acheminer des matières premières agricoles comme des produits frais à acheminer dans une chaine logistique plus locale (circuits courts industriels par exemple)…

•  Programmer les entretiens et les réunions d’animation en concertation avec les partenaires du projet (CEREMA et chercheurs de l’UMR Territoires et de la Chaire InterActions engagés dans la recherche). Il rendra compte de ces recherches régulièrement auprès des partenaires afin que les données recueillies soient intégrées dans la réflexion sur les scénarios d’évolution des usages des voies ferrées gérée par le CEREMA.

•  Il valorisera au sein de l’UMR Territoires qui accueillera la mission, les résultats de la recherche par au moins une publication scientifique dans des revues de géographie à comité de lecture. Il sera aussi acteur principal de la synthèse du travail à remettre aux commanditaires.

Présentation du campus AgroParisTech de Clermont-Ferrand, de l’UMR Territoires et de la Chaire InterActions

AgroParisTech est un établissement d’enseignement supérieur et de recherche à la double tutelle ministérielle : Agriculture et Enseignement supérieur recherche. Sa vocation est de former des ingénieurs dont les compétences sont tournées sur des objets thématiques nombreux : agricultures, alimentation, environnement, forêts, eau, bio économie, territoire. Le campus de Clermont-Ferrand est dédié à la formation aux problématiques territoriales depuis plus de vingt ans, au travers de formations supérieures multiples : master universitaire, Mastère spécialisé ouvert à la formation professionnelle, cursus de formation des ingénieurs agronomes, cycles de formation aux méthodologies de diagnostic territorial par des outils de facilitation stratégique (jeu de territoire, diagnostic partagé, outils de participation locale…). Son équipe   d’enseignant-chercheur travaille sur les dynamiques territoriales dans le cadre de programmes de recherche visant à : analyser les transformations à l’œuvre sur le plan des dynamiques socio-spatiales, d’orienter les réflexions sur les stratégies et les projets de territoire par des méthodes participatives mobilisant la cartographie prospective, la chorématique pour l’aide à la décision, les méthodologies de l’enquête qualitative à dire d’acteurs, etc. Ses enseignants chercheurs sont tous rattachés à l’UMR Territoires s’intéressant aux modèles territoriaux à l’œuvre dans les territoires ruraux. Ils sont également impliqués dans la chaire partenariale  InterActions dont une des missions est d’observer les dynamiques territoriales générées par des politiques publiques dites de transitions et dont le Massif central constitue un observatoire privilégié de ses recherches.

Compétences et profil recherché

Le candidat doit être titulaire d’un doctorat en Sciences Humaines et Sociales (Géographie, Sociologie, Économie, etc.). Des connaissances approfondies dans le domaine des mobilités géographiques et en analyse de données sont indispensables. Le candidat doit avoir une expérience solide en matière d’analyse de données cartographiques, en conduite d’animation multi-acteurs (à dire d’acteurs) permettant de recueillir les usages potentiels autour de la requalification de ces voies ferrées, auprès d’acteurs territoriaux diversifiés. Le candidat doit être en mesure de travailler en équipe, maîtriser les outils de la gestion de projet, avoir une appétence à la synthèse d’entretiens recueillis sous forme de questionnaires mais aussi de cartographies à dire d’acteurs. La mission demande également de nombreux déplacements sur le terrain et  une coordination avec plusieurs enseignants chercheurs, ingénieurs de recherche mobilisés dans le projet (sigiste, géographes travaillant sur le champ de la participation, de la cartographie participative…

Conditions de recrutement

Etre titulaire d’un doctorat de géographie-aménagement  portant principalement :

  • sur une capacité à maitriser l’analyse des dynamiques territoriales par une double entrée : cartographique (bonne maitrise de l’analyse des données géographiques par une forte expérience en SIG) et facilitation territoriale (capacité à construire des protocoles d’enquêtes à dire d’acteurs pouvant être valorisés sous forme de cartes chorématiques par exemple).
  • sur un intérêt aux questions de mobilités géographiques rurales, dans un contexte d’évolution des usages possibles des populations dans un contexte général bousculé par les crises (économiques, pandémies, etc.).

Dossier de candidature

Le CV et la lettre de motivation sont à envoyer au plus tard pour le  2 avril 2021 à Laurent LELLI, directeur de la chaire InterActions, chercheur à l’UMR Territoires. Courriel :  

Durée du contrat : 6 mois à temps plein
Date de début du contrat : Avant la mi-avril impérativement.

Lieu de travail : AgroParistech, Campus de Clermont-Ferrand, 9 avenue Blaise Pascal, Campus des Cézeaux/ CS 70054 / 63178 – AUBIERE Cedex

Déplacement sur les territoires concernés fréquents ; Permis B obligatoire.

Conditions de travail
Salaire mensuel net : 1 600 euros
Nature du contrat de travail : CDD non renouvelable

 

 

Agenda

Avr
29
jeu
10 h 30 min Séminaire EIDER
Séminaire EIDER
Avr 29 @ 10 h 30 min – 12 h 30 min
Quels impacts socio-économiques de l’agriculture « écologique » à l’horizon 2030 ? Une restitution de deux enquêtes d’opinion. Par Kassoum Ayouba et Larissa Billaudet, UMR Territoires, INRAE, VetAgro Sup Sur site ou à distance –[...]
Mai
6
jeu
15 h 00 min Séminaire EIDER
Séminaire EIDER
Mai 6 @ 15 h 00 min – 16 h 30 min
WEBINAIRE Guillaume Lhermie, Professeur à l’Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse, Professeur associé, College of Veterinary Medicine – Directeur du Simpson Centre, Université de Calgary, nous présentera ses travaux : Economie du One Health et gouvernance[...]
Mai
7
ven
14 h 00 min Réunion des collectifs Melting e...
Réunion des collectifs Melting e...
Mai 7 @ 14 h 00 min – 17 h 00 min
    Présentation et échanges autour de 3 travaux de thèse commençant dans l’UMR. o   Rebecca Etienne – Transformations des systèmes fourragers dans une dynamique collective d’un territoire AOP : analyse et ludification des trajectoires[...]
Mai
27
jeu
10 h 30 min Séminaire EIDER
Séminaire EIDER
Mai 27 @ 10 h 30 min – 12 h 30 min
  Prise en compte des facteurs d’environnement en économie régionale : une approche bibliométriqu e sur la période 1999–2019. Par O. Aznar, VetAgro Sup, F. Aubert, Cesaer INRAE Dijon, B, Davi, VetAgro Sup, S. Truchet-Aznar,[...]
Juin
24
jeu
10 h 30 min Séminaire EIDER
Séminaire EIDER
Juin 24 @ 10 h 30 min – 12 h 30 min
    Effets socio-économiques des politiques de gestion et valorisation de la Chaîne des Puys-Faille de Limagne. Etude de la fréquentation du site et de ses effets économiques. Par Jean-Bernard Marsat, Boris Djongon, UMR Territoires,[...]