Vunda Mayawa

Statut

Doctorant

Ecole Doctorale

  • ED 370, Lettres, Sciences Humaines et Sociales

Sujet de thèse

  • La valorisation des ressources par les communautés forestières d’Afrique centrale. Des processus de dévéloppement à partir des produits forestiers non ligneux en Angola, au Cameroun, au Congo, au Gabon et République Démocratique du Congo

Résumé

Les forêts d’Afrique centrale, cadre de notre projet de recherche, couvrent une superficie d’environ 241 millions d’hectares, dont plus de la moitié dans le bassin du Congo et constituent la deuxième plus grande couverture forestière dense du monde après l’Amazonie. Elles s’étendent sur sept pays, le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, la République démocratique du Congo, dont les trois premiers cités seront inclus dans notre territoire d’étude, étendu aux marges nord de l’Angola, plus précisément à la province de Cabinda.

Cette immense région de forêts d’Afrique regorge d’une multitude d’essences avec un important couvert végétal qui constitue un réservoir de Produits Forestiers Non Ligneux (PFNL). L’exploitation et la vente de ces produits, dont le miel, fournissent des revenus non négligeables aux habitants, en particulier aux populations rurales et urbaines, les plus vulnérables, car 65 millions de personnes vivent à l’intérieur ou à proximité de ces forêts qui jouent un rôle pluriel : source d’énergies, d’alimentation, de médicaments, de services…

Le miel, produit de l’apiculture, présente beaucoup de spécificités par rapport aux autres produits de la forêt et peut être un levier de taille pour le développement économique, social, culturel et durable des communautés forestières d’Afrique centrale et de l’Afrique en générale. C’est une ressource importante pour le développement territorial, d’autant plus qu’il ne nécessite pas d’investissements exorbitants pour être valorisée.

Partant de l’aspect pluridisciplinaire qui caractérise l’apiculture sur le plan du développement territorial, on s’attachera à comprendre, grâce à l’approche comparative dans les territoires de recherches, l’amélioration des techniques apicoles au détriment de la cueillette, mais aussi de la durabilité des ressources forestières par rapport à l’activité. Quel est l’impact de l’apiculture dans la lutte contre la pauvreté au sein des communautés rurales, et son incidence sur les économies nationales ?

 

Directeur de thèse

  • Daniel Ricard, PR, Université Clermont Auvergne

Année d’inscription en thèse

  • 2016

Financement de thèse

  • Doctorant salarié non boursier

Activités d’enseignement

  • Enseignant à l’Université Kimpa Vita (Unikivi) d’Uige (Angola)
  • Cours de Développement rural et communautaire
  • Projets agricoles (période : août – novembre 2016 et 2017)

Activités ou expérience professionnelle

  • Enseignant assistant en Angola depuis 2006