Arfaoui Mohammed Rafik

Statut

Doctorant

Ecole Doctorale

Sujet de thèse

  • Pilotage national versus coproduction territoriale de l’accueil des demandeurs d’asile dans les territoires non-métropolitains

Résumé

Les arrivées des personnes exilées sont réapparues, depuis 2015, comme un enjeu majeur pour les pays de l’Europe. En France, l’action de l’État s’est notamment focalisée sur les espaces servant d’abri temporaire (espaces appelés « camps de migrants ») aux personnes exilées à Calais et dans le bassin parisien. Pour répondre à cette problématique, l’État a introduit de nouvelles réformes sur la loi asile et immigration notamment celle du 29 juillet 2015. Parmi les points importants de cette réforme, il y a la politique de péréquation qui consiste à disperser les personnes exilées, notamment celles demandant l’asile, sur l’ensemble du territoire national. Cette dispersion est justifiée par l’État par la nécessité de « solidarité » de tous les territoires pour l’accueil des personnes en situation de demande d’asile. Les disponibilités foncières et le coût de l’accueil relativement faible d’une part, la volonté politique des acteurs locaux d’accueillir des personnes en situation de demande d’asile d’autre part, ont placé les territoires non-métropolitains, incluant des espaces ruraux et des villes petites et moyennes, au cœur du dispositif national.

Dans quelle mesure l’arrivée des personnes exilées transforme-t-elle les territoires non-métropolitains ? Dans une relation dialectique, dans quelle mesure les attributs de ces territoires contribuent-ils à coproduire des territoires de l’accueil et/ou de relégation pour les personnes exilées, notamment celles en situation administrative de demande d’asile ? Quels sont les acteurs, les logiques et les outils de cette coproduction territoriale de l’accueil ?

Un des objectifs de notre thèse est de comprendre et d’analyser les implications, à l’échelle locale, de l’arrivée de personnes en situation de demande d’asile dans les territoires non-métropolitains. Nous postulons que les solidarités locales contribuent à coproduire des territoires de l’accueil et de lutte contre l’exclusion et l’invisibilisation des « indésirables » (Agier, 2008).

Dans la lignée de ces réflexions, notre recherche doctorale pose deux hypothèses principales :

  1. Les territoires d’installation des structures d’hébergement des personnes en situation de demande d’asile, par leurs attributs démographiques, sociaux, spatiaux et économiques, influent sur les dynamiques d’accueil. De même, et dans une relation dialectique, les dynamiques d’accueil agissent et transforment ces territoires à travers le maintien des services publics, le renforcement du tissu associatif et la redéfinition des sociabilités. Cette relation dialectique constitue la base de la coproduction territoriale de l’accueil.
  2. Cette relation dialectique constitue également la base de l’intégration territoriale. Cette intégration se produit quand le territoire et ses acteurs, d’une part, et les personnes accueillies, d’autre part, se définissent, se transforment et s’adaptent mutuellement l’un par rapport à l’autre.

Notre recherche est qualitative. Elle mobilise des entretiens semi-directifs et des cartes mentales. Nous avons également coproduit, avec les personnes exilées, des cartographies participatives et sensibles qui racontent leurs rapports aux espaces et aux sociétés dans les pays de départ, d’accueil et de transit. Cette démarche méthodologique s’inscrit à la fois dans une réflexion épistémologique sur le mode de production de la carte en géographie et sur la posture du chercheur/chercheuse en sciences humaines et sociales.

 

Directeur de thèse

Année d’inscription

  • 2016

Financement de la thèse

  • Allocation doctorale

Domaines de recherche

  • Migrations internationales
  • Asile
  • Politiques d’accueil et d’intégration
  • Géographie sociale
  • Géographie culturelle
  • Aménagement
  • Cartographie sensible

Terrains de recherche

  • Auvergne-Rhône-Alpes

Responsabilités

◊ Autres
  • Membre du comité scientifique du 4e séminaire annuel du Réseau Migrations, « Mutations dans les migrations, conflictualités dans les pratiques » organisé, à la MSH de Poitiers du 26 au 27 juin 2017, en collaboration avec le laboratoire Migrinter (Université de Poitiers). Octobre 2016- juin 2017.
  • (Avec Kaouther Abderrezek) Organisation d’un panel au colloque de l’APAD « Migrations, développement et citoyennetés » « Homeland policies and informal strategies of migrant integration / Politiques d’accueil et stratégies informelles d’intégration des migrants », Roskilde University, Rosklide (Danemark). 23 – 25 mai 20

Activités d’enseignements 

◊ Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche

Lieu : Université Polytechnique Hauts-de-France, Département d’histoire-géographie, Valenciennes.
Octobre 2019 – Septembre 2020. Volume Horaire : 96 heures

  • Géographie des populations (3 groupes de TD + cours magistral, 66h/an)
  • Géographie des espaces ruraux et périurbains (TD, 1 groupe, 16,5h/an)
  • Master 2 MEEF Capes, (TD, UE Compléments disciplinaires, 8h/an)
◊ Missions d’enseignement dans le cadre du contrat doctoral (ex moniteur)

Lieu : Université Clermont Auvergne, Département de géographie, Clermont-Ferrand.
Septembre 2017 – Septembre 2019. Volume horaire : 129 heures (64,5h/an).

  • Géographie des populations (TD, 2 groupes, 48h/an), Licence première année (géographie, histoire, sociologie, tourisme).
  • Politiques sociales (CM, 4,5h/an), Master deuxième année « Innovation Sociale et Développement des Territoires ».
  • Formation à la recherche (CM, 9h/an), Master deuxième année « Stratégie d’aménagement des villes petites et moyennes ».
  • Démarches participatives et outils de l’animation territoriale (TD, 3h/an), Master deuxième année « Dynamique territoriale et aménagement rural »

Activités ou expérience professionnelles

  • 1er Octobre 2016 – 30 Septembre 2019. Doctorant contractuel à l’Université Clermont Auvergne
  • Avril 2016 – Septembre 2016. Stagiaire en développement des territoires à l’Ophis (Office Public de l’Habitat et de l’Immobilier Social) du Puy-de-Dôme

◊ Réalisation d’une étude stratégique sur le développement territorial de l’Ophis du Puy-de-Dôme
◊ Analyse de l’implication de l’Ophis du Puy-de-Dôme dans l’hébergement des demandeurs d’asile et l’insertion, par le logement, des réfugiés

  • Octobre 2012 – Juin 2016. Correspondant de presse au journal « Le Provincial ». (Annaba, Algérie)
  • Février 2013 – mars 2014. Chargé d’études au département d’Architecture du GART (Général Art & Technique). (Annaba, Algérie)

Responsabilités associatives dans le cadre universitaire

  • Décembre 2018 – aujourd’hui. Vice-Président de l’association des jeunes chercheurs d’Auvergne « Doct’Auvergne »
  • Juillet 2018 – aujourd’hui. Membre actif de l’AETA (Association Acteurs et Étudiants des Territoires d’Auvergne)
  • Septembre 2015 – septembre 2017. Président de l’association étudiante, « Team Tam », du master « Territoires, Acteurs, Modélisation »

Autres responsabilités associatives

  • Décembre 2018 – aujourd’hui. Membre du bureau national de l’Association France Algérie présidée par Arnaud Montebourg
  • Septembre 2017 – aujourd’hui. Membre élu au Conseil d’Administration de l’Association France Algérie – Antenne Pays d’Auvergne
  • Septembre 2017 – Septembre 2019. Membre du Pôle évènementiel du Réseau Migrations

Publications et productions récentes

La liste des publications et productions est consultable à l’adresse suivante : Publications de R. Arfaoui

Diffusion de la culture scientifique

Page Linkedin

https://www.linkedin.com/in/rafik-arfaoui-103aba11b/