Identité et projet scientifique

 

S’appuyant sur des pratiques interdisciplinaires et partenariales inscrites dans la durée, les travaux de l’UMR Territoires portent sur l’observation, l’analyse et l’accompagnement des dynamiques de développement des territoires.

Regroupant des personnels d’AgroParisTech, d’INRAE, de l’Université Clermont Auvergne et de VetAgro Sup, l’unité affirme son identité autour d’une approche systémique des transitions territoriales.

Par le croisement des sciences biotechniques (agronomie et zootechnie système) et des sciences humaines et sociales (géographie et économie principalement), l’usage de méthodologies diversifiées (quantitatives et qualitatives), une posture pionnière dans la mobilisation des « jeux sérieux » et des pratiques participatives, et une inscription au cœur de l’I-Site clermontois (CIR CAP 20-25), l’UMR Territoires s’affiche comme une contributrice résolue à la production d’une intelligence collective des enjeux de transition à toutes les échelles.

 

Les membres de l’unité se retrouvent autour d’un projet scientifique commun décliné en trois groupes thématiques et un groupe émergent, avec des dispositifs d’animations transversales.

 

Trois groupes thématiques :

 

➡️ Agricultures et sociétés en transition – ASSET

Animatrices : Nathalie Hostiou et Hélène Rapey

L’objectif partagé de ce groupe est d’analyser et d’accompagner les évolutions de l’agriculture vers des formes plus résilientes, vivables, viables et économes en ressources. Il s’agit plus particulièrement d’identifier, de comprendre et de coconstruire les nouvelles formes d’agriculture quant aux pratiques, au travail, aux fonctionnements des exploitations, et aux liens avec les acteurs de la société et des territoires. Dans cette perspective, plusieurs objets d’étude sont au cœur des travaux de recherche : les combinaisons d’activités ; le travail des agriculteurs et travailleurs ; les nouvelles formes d’exploitations et de collectifs agricoles ; l’accompagnement des agriculteurs et de leurs collectifs dans les transitions.

 

➡️ Systèmes socio-écologiques et alimentaires dans les territoires en transition – SESA

Animateurs :Virginie Baritaux et Etienne Polge

Ce groupe se propose de réaliser des recherches sur les systèmes socio-écologiques (SES) dans une prise en compte de la complexité des interactions homme-nature à la fois dans le temps et dans l’espace, au prisme des enjeux de la transition écologique et alimentaire des territoires. Par la diversité des SES étudiés au sein du groupe, il sera possible d’articuler les enjeux de l’alimentation, de l’eau, du foncier et de la gestion des espaces naturels, en concentrant l’analyse sur l’organisation des interactions entre acteurs des systèmes, ainsi qu’entre les systèmes d’acteurs et leurs écosystèmes.

 

➡️ Dynamiques et transitions des territoires – DynaTTer

Animatrices : Hélène BLasquiet-Revol et Stéphanie Truchet-Aznar

Ce groupe constitue un lieu de réflexion et de travail collectif sur les dynamiques et transitions des territoires, avec une approche transversale permettant d’aborder les enjeux écologiques, sociaux, économiques et démocratiques ainsi que la manière dont ces enjeux s’articulent. Les travaux menés dans ce groupe s’articulent autour de quatre axes principaux : 1) les processus de développement territorial ; 2) les fragilités, vulnérabilités et inégalités socio-spatiales ; 3) les acteurs et transitions ; 4) les politiques publiques et territoires.

 

 

Un groupe émergent :

 

➡️ Territoires de l’anthropocène

Animateurs : Karim Berthomé et Cyprien Tasset

Créé en 2023, ce groupe se propose d’explorer des façons de faire « territoire » à l’ombre des discontinuités matérielles en cours, en rassemblant de nouvelles ressources théoriques. Il s’intéresse ainsi aux processus de rupture qui adviennent dans les territoires et aux nouvelles territorialités qu’ils sont susceptibles d’engendrer. Il voudrait explorer et expérimenter « à la lisière », entre mise en échec de façons bien établies de faire territoire, lancement d’alertes et phénomènes collectifs de redirection. À un premier niveau, le groupe souhaite étudier les recompositions territoriales spécifiques auxquelles peuvent donner lieu des basculements écologiques dans leur expression locale ; à un second niveau, il considérera des situations de rupture, de redirection ; et à un dernier niveau, il fait le pari qu’à terme, ces nouvelles hypothèses lui permettront d’envisager et dévisager le développement dans son ensemble.

 

 

Des animations transversales :

 

➡️ Méthodologie 

Animateurs : Cyrille Rigolot, assisté de Claire Bussière et Pierre Beccaria

Ce groupe est un espace d’échanges interdisciplinaire et inter-métiers dédié à l’exploration des enjeux méthodologiques de la recherche sur les champs thématiques de l’UMR. Il propose des dispositifs d’animation variés, adaptés aux questions et aux besoins des collectifs de recherche, depuis les enjeux épistémologiques jusqu’aux questions d’instrumentation, avec notamment les voies nouvelles ouvertes par le numérique.

 

➡️ GAMAE, Plateforme scientifique et technique

Animateur : Sylvain Dernat

Hébergée au sein de l’UMR Territoires sur le Campus des Cézeaux et soutenue par le département INRAE-ACT, la plateforme GAMAE est un tiers-lieu à vocation nationale qui propose un ensemble de services et une expertise à ceux qui souhaitent concevoir, mobiliser ou évaluer des jeux sérieux. La plateforme articule apport d’une expertise scientifique et technique, un moteur de recherche en ligne sur les jeux sérieux disponibles et différentes ressources proposées par l’équipe pour accompagner, tester, évaluer, valoriser, enseigner, former sur les jeux.

 

➡️ Doctorantes et doctorants

Animatrices : Pauline Ibgui et Aïssatou Ndimblane

Le groupe des doctorantes et doctorants de l’UMR organise tout au long de l’année des « petits déjeuners » thématiques, ainsi que des rencontres avec les encadrants.

 

➡️ Séminaire EIDER – Économie, Institutions, Développement et Espaces Ruraux

Animateurs : Chloé Duvivier et Christophe Déprés

Ce séminaire est organisé de manière mensuelle au sein de l’UMR. Trois entrées sont proposées : théorique, méthodologique ou thématique. Ouvert à différentes approches disciplinaires, accordant une place particulière aux doctorants de l’unité mais cherchant également à s’ouvrir sur le site académique et sur la recherche nationale et internationale, EIDER se veut une interface dynamique de l’UMR.