Les transitions pour de nouvelles ruralités

📆 Date 25 au 27 septembre 2019
📍Lieu Clermont-Ferrand
📥 Programme du séminaire

📅 / 25 ➤ 27 septembre 2019 /


Séminaire recherche-action / atelier Paysages-Territoires-Transitions

Inscription obligatoire jusqu’au 15 septembre

Le service de la recherche du Commissariat général au développement durable du Ministère de la transition écologique et solidaire a lancé en février 2015 le programme de recherche-action « Paysages, Territoires, Transitions » (consulter le site internet du réseau PTT) ayant pour objectif de mettre en lumière les façons de faire (démarches, outils, savoir -faire…) et d’accompagner les territoires dans les transitions qu’ils connaissent ou à venir. Les projets liés à l’Ecopôle du V al d’Allier et à l’urbanisme réversible constituent deux des cinq projets lauréats nationaux. Ces trois jours de séminaire et ateliers mobilisent ces deux projets de recherche-action pour vous inviter à une réflexion théorique et opérationnelle plus large sur les transitions pour de nouvelles ruralités.

Les transitions vers de nouvelles ruralités, l’exemple de l’Ecopôle du Val d’Allier

Le site de l’Ecopôle du V al d’Allier s’inscrit depuis toujours dans une dynamique de transition. Il a d’abord été occupé par des prairies, puis une exploitation de carriers et aujourd’hui un espace naturel sensible. Les transitions environnementales (espace-test agricole, restauration écologique, pêche environnementaliste…) s’articulent aux positionnements des intercommunalités porteuses de ce projet vers l’aménagement de nouvelles « périruralités ». L’expérimentation démocratique générée autour de l’Ecopôle vise l’accompagnement des élus et des habitants à partager leur territoire souhaité, c’est-à-dire, inventer de nouveaux rapports ville-campagne, les transformations réversibles des espaces et de leurs usages (résidentiels, récréatifs et productifs), le vécu et les représentations des rapports à la nature, au paysage et aux enjeux écologiques

L’aménagement réversible

Construire des aménagements et des bâtiments évolutifs, transportables et écologiques pour s’adapter aux usages, freiner l’artificialisation des terres, redonner place à la nature, réduire la production des friches urbaines et sécuriser l’investissement des coopérateurs…Voilà quelques-uns des enjeux de la réversibilité qui seront développés et proposés comme guide méthodologique et réflexif aux porteurs de projets d’aménagement qui souhaiter ont tester cette démarche le dernier jour du séminaire en partenariat avec l’association Hamosphère, le CAUE 63 et la Plate-Forme 21.

 

Cinq plus-values pour cette de recherche-action

  1. L’engagement des élus, techniciens et habitants pour renforcer les ressources humaines et les compétences dans la co-construction des projets d’aménagement ruraux et péri-urbains ;
  2. Les représentations sociales et iconographiques du paysage de la campagne partageables et partagées pour donner à voir un paysage émergeant, intégrant les transitions agro-écoloqgiques
  3. La capacité à articuler les échelles d’actions et les secteurs des politiques publiques pour un même projet d’aménagement ;
  4. « Le faire » par l’expérience : les actions, comme la gouvernance d’un projet se réalisent en termes de boucles d’apprentissage, de droit à l’erreur, mais aussi en apprenant des autres et en amenant à un changement des pratiques et des politiques locales liées à la ruralité ;
  5. Les facteurs de pérennité d’un projet et ses fragilités : financements, animation, phénomène de mode, implication des habitants encore faible, récente reconnaissance institutionnelle…